accueil  
OF 2
Aurélie Dabouis, auteure de thriller inspirée


Elle a créé en 2008 sa propre maison d'édition, Ajaé. Et publie Parents de l'ombre, un polar à la fois engageant et haletant, situé dans un futur proche.

Lectrice de romans depuis qu'elle est "toute petite", venue à l'écriture en classe de troisième "grâce à une prof qui nous a proposé d'écrire des nouvelles", Aurélie Dabouis a fini par passer de l'autre côté du miroir. Nantaise de coeur installée à Rezé, la jeune femme n'a pas prétention de faire carrière dans la littérature : elle exerce la profession d'ingénieur en génie climatique. Auparavant, elle avait suivi trois ans d'études... dans le cinéma.

A 29 ans seulement, Aurélie Dabouis signe son quatrième roman. Le premier, Perte de mémoire, écrit en 2004, à l'âge de 18 ans, fut publié à compte d'auteur, "grâce à mes parents". Le deuxième, Laura, "avait pour toile de fond la Deuxième Guerre Mondiale, et m'a demandé beaucoup de recherches". Un troisième polar plus classique, Un mensonge de plus, avait suivi.

Le dernier ouvrage en date, Parents de l'ombre, un roman-fleuve de 500 pages, a nécessité cinq à six ans de travail, "entre les premières idées qu'il faut aussitôt noter pour ne pas les oublier, et la sortie de l'imprimerie. Après l'idée de départ, les autres viennent en vrac. Mais l'imagination ne suffit pas. Il y a un moment où il faut s'astreindre à des périodes d'écriture". Et les personnages, "on vit aussi avec eux, on y pense souvent".

Avec Parents de l'ombre, Aurélie Dabouis s'essaie au roman d'anticipation. Son thème ? Dans un futur proche, les enfants, détectés comme porteurs du gène de la criminalité, sont enlevés à leur famille par un gouvernement européen, devenu effrayant. A force de vouloir le bien de ses contemporains.

L'auteure a l'intelligence de ne pas se situer dans un futur technologique révulsif. Et de ne pas trop mélanger la science à la fiction. Le roman possède bien quelques défauts, mais la lecture est haletante. "Ce n'est pas un roman pessimiste, simplement une manière de réfléchir aux dangers de la génétique et des manipulations." Qu'elles soient, ces manipulations, à base de chiffres ou de lettres.

Michel Tanneau
Ouest France - 21 octobre 2015
  Page 1/8 suivant
catalogue  
presse  
rencontres  
livre dor  
Contact  
Liens  

cgvente